En Pays de la Loire

Les délégations départementales
Rejoignez nous !
Mon compte
Site national

Le bulletin de la délégation sarthoise

Le bulletin de la Sarthe

 

Bulletin infos MPF 72 n°72

 

Vous pouvez télécharger nos bulletins en cliquant ci-dessous (format pdf) :

bulletin n°72 mars avril 2014

bulletin n°73 mai juin 2014

bulletin n° 74 juillet août 2014

bulletin n° 75 septembre octobre 2014


Le billet du délégué à propos ...
d'authenticité

Contrairement à la plupart des maisons modernes, construites sur catalogue partout de la même façon si ce n'est la présence de quelques artifices néo-régionaux, une maison ancienne porte témoignage sur son pays et son époque.
Les paysans n'allaient jamais loin pour chercher leurs matériaux : il fallait éviter les longs charrois et les ressources locales étaient exploitées au maximum. On retrouve dans un bâtiment ancien la structure de la roche, la couleur de la terre, l'essence de la forêt et cela permet presque toujours une parfaite intégration au paysage.
Les régions avaient leurs modes constructifs propres, issus de l'expérience accumulée des précédentes générations et du climat. La fonction et la nécessité créaient la forme. Ainsi,chaque pays, au sens de petite région, avait ses spécificités et souvent les constructions variaient d'un village à l'autre.
Les maisons reflétaient souvent le niveau social de leur propriétaire. Chez les plus modestes il n'y avait aucune volonté de se démarquer ; les autres ne dédaignaient pas quelques éléments distinctifs : porte d'entrée, éléments décoratifs ou recherche de symétrie. Cela nous permet aujourd'hui de mieux comprendre les hommes, bâtisseurs et habitants, qui composaient la société d'autrefois.
Une maison ancienne n'est pas seulement un bel objet, c'est également un bâtiment qui, pour peu qu'il ait gardé son authenticité, raconte une histoire.
Sachons garder cette authenticité. Sans elle, l'histoire est oubliée et le charme disparaît.
Patrick DEJUST

BILLET du délégué : à propos de... « restauration ».

Le mot « restauration » est celui que nous aimons employer à Maisons Paysannes, car nous considérons que nos modestes demeures, âgées souvent de plus d'un siècle, ont droit aux mêmes égards qu'une église ou qu'un château, toutes proportions gardées.
Depuis toujours, les architectes des bâtiments de France et autres spécialistes du patrimoine utilisent les techniques et les matériaux appropriés pour restaurer un monument (chaux naturelle par exemple).
Il s'agit d'entretenir, de conserver, voire de faire évoluer, mais sans dénaturer.
A notre échelle, et pour les mêmes raisons de conservation et de respect du patrimoine, nous veillons à ce que nos maisons ou leurs dépendances conservent leur authenticité et leur originalité, pour faire en sorte qu'elles restent des témoignages de leur pays, de leur histoire et des gens qui y ont vécu.
Nous nous distinguons en cela des gens qui rénovent ou, pire, qui retapent sans aucun respect de l'existant.
Alors, si un collègue ou un ami vous dit : « Alors, il parait que tu retapes ! », rétorquez-lui fièrement : « non, Monsieur, je ne retape pas, je restaure ! »

Patrick DEJUST

 BILLET du délégué : à propos... « d'utilité publique » !

Il existe une multitude d'associations locales qui défendent le patrimoine et qui font un travail admirable, l'une pour sauver une chapelle, l'autre pour relever un château, ou encore pour sauvegarder un moulin, un village, un paysage ou tout autre chose.

Mais, il n'existe qu'une seule association présente sur tout le territoire et dédiée depuis près de 50 ans à la préservation du patrimoine rural : « Maisons Paysannes de France ».

La structure de notre association, avec son siège et ses délégations départementales, nous permet d'être à la fois sur le terrain et présents à Paris ; de cette façon, nous pouvons être entendus des instances nationales et locales.

La pertinence de nos points de vue, notre connaissance du patrimoine rural et le travail réalisé depuis un demi siècle sont reconnus par tous.

Notre action n'est pas tournée vers la défense d'intérêts de propriétaires, mais vers la préservation d'un patrimoine bâti et paysager qui participe à la qualité de vie de tous et fait en partie le charme de notre pays.

Pour toutes ces raisons, nous sommes «d'utilité publique » et cela justifie pleinement notre engagement.

Patrick DEJUST